Les premiers Signes de la Prophétie

Muhammad, le prophète (PBSL), a été choisi par Dieu pour accomplir une mission bien précise : livrer à l’humanité un rappel et un message d’adoration d’Allah le Dieu Unique (1). Ce dernier dota son prophète de quelques attributs physiques permettant de le reconnaître, par les connaisseurs des anciennes écritures (2). De ce fait, Muhammad (PBSL), bien avant la première révélation coranique, connu deux évènements majeurs au cours de son enfance et de sa jeunesse qui contribuèrent déjà à annoncer l’important destin qui serait le sien.

La purification

Au cours de son enfance, vers l’âge de 6 ans, alors qu’il gardait les bêtes avec ses frères de lait, Muhammad (PBSL) fut pris à partie par deux hommes, qui l’emmenèrent avec lui. Ces deux hommes le couchèrent sur le sol, et lui ouvrirent le torse. Les frères de Muhammad (PBSL), affolés, coururent alors prévenir leur parents, Halîmah et son mari Abû Kabsha, de l’enlèvement de leur frère par deux individus habillés de blancs.

Lorsqu’ Halîmah et Abû Kabshah arrivèrent sur les lieux, ils trouvèrent le prophète de Dieu (PBSL) debout, blanc comme un linge. Muhammad leur expliqua alors que deux hommes vêtus de blancs l’ont couché à terre, lui on ouvert le torse, en ont sorti quelque chose. Ainsi le verset suivant peut faire allusion à cet événement marquant de l’enfance du prophète :1. N’avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine?
2. Et ne t’avons-Nous pas déchargé du fardeau.
3. qui accablait ton dos? 

4. Et exalté pour toi ta renommée ?
5. A côté de la difficulté est, certes, une facilité! 
6. A côté de la difficulté, est certes, une facilité! 
7. Quand tu te libères, donc, lève-toi,
8. et à ton Seigneur aspire.

Sourate 94 : L’OUVERTURE (AS-SHARH)

Muhammad rapportera plus tard, dans un hadith qui figure en tête des recueillements compilés par Al Bukhari, qu’il s’agissait en fait de deux Anges envoyés par Dieu pour purifier son coeur, afin que ce dernier soit à même de supporter la révélation Divine qui lui serait faite dans l’avenir. De même, les Anges auraient de plus imposé sur l’enfant le sceau de la prophétie entre ses épaules.

La marque de la prophétie

Pendant sa jeunesse, alors qu’il avait 12 ans, Muhammad (PBSL) accompagna son oncle Abu Talib lors d’un voyage de commerce à destination de la ville de Shâm en Syrie (actuelle Damas). Ils décidèrent de faire une halte près de la ville de Basrâh, et s’arrêtèrent à proximité d’un monastère. Un moine dénommé Bahira sortit alors du couvent et invita Muhammad (PBSL) et son oncle à venir se reposer à l’intérieur. Abu Talib accepta la proposition et demanda à Muhammad de rester près des marchandises pour veiller sur elles. Bahira, une fois au monastère, apprit que le jeune garçon n’était pas présent, il demanda alors que l’on l’amène afin que lui aussi puisse se restaurer et se reposer. Abu Talib demanda alors à Muhammad (PBSL), qui était assis sous un olivier, de venir.

Bahira regarda attentivement le jeune Muhammad, puis l’emmena lui et Abu Talib à l’écart. Voici la conversation qu’ils eurent alors, tel qu’elle figure dans la chronique de Tabari :

Bahira : “Jure moi par Iât et ‘Ozzâ (3) que tu répondras à ma question”
Muhammad : “Ces deux idoles sont les choses que je déteste le plus”
Bahira : “Au nom de Dieu l’Unique, je te prie de dire la vérité.”
Muhammad : “Je n’ai jamais menti, j’ai toujours dit la vérité; pose ta question”
Bahira : “Qu’aimes-tu le plus au monde ?”
Muhammad : “La solitude”
Bahira : “Que regardes-tu le plus et qu’aimes-tu regarder le plus ?”
Muhammad : “Le ciel et ses étoiles”
Bahira : “Lorsque tu observes les cieux, à quoi penses-tu ?”

Bahira pris une pause pour inspecter plus attentivement Muhammad (PBSL), puis après avoir examiné son front, il poursuivit : “Quand et comment t’endors tu ?”
Muhammad : “Quand je regarde le ciel et les étoiles, je me vois au-dessus des étoiles”
Bahira : “Rêves-tu aussi ?”
Muhammad : “Oui, et tout ce que je rêve, je le vois aussi quand je suis réveillé”
Bahira : “Que vois-tu en rêve”

Muhammad resta muet. Bahira, après une autre pause, demanda à Muhammad : “Puis-je voir entre tes deux épaules ?” Muhammad accepta, et Bahira découvrit le dos de l’adolescent. Il remarqua alors un grain de beauté situé juste entre les deux épaules du prophète. “C’est bien cela”, murmura Bahira. Abu Talib, étonné et effrayé à la fois, demanda, à savoir ce dont il s’agissait.

Bahira lui apprit alors la vérité suivante : “Ecoute-moi bien, un avenir radieux et surprenant attend cet enfant. Si d’autres que moi aperçoivent ce que j’ai vu, juifs ou chrétiens, ils le reconnaîtront et le tueront. Tu dois le mettre à l’abri de ses ennemis”.
“Mais, qui Muhammad est-il réellement ?”, interrogea Abu Talib
“Ses yeux annoncent un grand prophète et son dos indique cette clarté.” annonça Bahira. (1) Allah étant ni plus ni moins, le nom arabe correspondant au mot « Dieu ».

(2) On raconte que dans l’Arabie de l’époque, plusieurs prêtres chrétiens et rabbins juifs attendaient l’arrivée imminente d’un nouveau prophète dans la région, envoyé par Dieu.
(3) Deux déesses adorées par les habitants de la Mecque.

Bahira se tourna alors vers Abu Talib, et lui demanda : “Quel lien familial te lie à cet adolescent?”.
Abu Talib, considérant Muhammad comme son propre fils, répondit “C’est mon fils”. Bahira rétorqua alors : Non, le père de cet adolescent doit être décédé”.
“Comment le sais-tu ?” demanda Abu Talib, il lui avoua ensuite que Muhammad était effectivement son neveu.

Le sceau des Prophètes

A l’approche de la quarantaine (considérée en Islam comme l’âge de la sagesse), le prophète de Dieu (PBSL) commença à prendre pour habitude de se retirer à l’extérieur de la ville de la Mecque, pour aller méditer dans la montagne, plus précisément dans la grotte d’Hira. Cette retraite spirituelle lui permettait de s’écarter de l’atmosphère négative de la ville, dans laquelle il n’eut jamais l’occasion de participer aux festivités, du fait qu’un profond sommeil le prenait à chacune de ses initiatives dans ce sens. C’est ainsi dire de cette façon que Dieu protégea son prophète des turpitudes de l’âme et du matérialisme de ce monde, et lui permit également d’être dans les conditions spirituelles nécessaires à la réception de la pesante parole qui allait descendre sur lui.

De même, il n’arrivait pas à Muhammad (PBSL) d’avoir un songe dans son sommeil sans que ce dernier ne se réalise par la suite. Ceci dura pendant 6 mois avant la révélation qui allait changer bientôt sa vie.

La révélation

Vers la fin du mois de Ramadan de l’an 610 et au cours d’une de ses retraites dans la grotte d’Hira, le prophète de Dieu vit une apparition soudaine d’un être lumineux et entendit pour la première fois la parole de l’Ange Gabriel, qui lui ordonna de lire : “Lis” fut son seul mot.

Pris de panique, Muhammad (PBSL) répondit : “Je ne sais pas lire”, et alors Gabriel l’étouffa au point que Muhammad manqua de suffoquer. L’Ange renouvela alors son commandement, et Muhammad répondit de nouveau qu’il ne savait pas lire. L’Ange recommença à l’étouffer et renouvela son ordre et Muhammad lui donna la même réponse à chaque fois. Alors, l’Ange Gabriel révéla à Muhammad (PBSL) les versets suivants, qui furent donc les premiers versets du Coran :1. Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, 2. qui a créé l’homme d’une adhérence. 3. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, 4. qui a enseigné par la plume [le calame], 5. a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas.

Sourate 96 : AL-ALAQ (L’ADHÉRENCE)

L’Ange lui dit ensuite : “Je suis Jibril (Gabriel) envoyé par Ton Seigneur et tu es le Prophète qu’il a choisi”. Après cet épisode, le Prophète de Dieu (PBSL) mis un terme à sa retraite au sein de la grotte et rentra apeuré chez lui. Il demanda à sa femme Khadidja (1) de le couvrir d’un manteau, car il été pris de frissons incontrôlables et avait besoin d’être rassuré.

Quand il fut plus calme, il annonça à Khadidja ce qui venait de lui arriver dans la grotte d’Hira et ajouta : “Que va t’il m’arriver ?. Khadidja lui répondit alors : “Jamais, par Dieu, Dieu ne ferait en sorte de te placer dans une situation pouvant te faire éprouver de la honte. Tu es bon avec tes proches, et tu es généreux et avenant avec les plus faibles, tu es cordial face à tes invités.”

Khadidja et son mari se rendirent ensuite chez Waraqa ibn Nawfal (2), le cousin de Khadidja, un arabe converti au christianisme et qui connaissait les Anciennes Ecritures.

Muhammad (PBSL) lui expliqua la situation en détail et Waraqa lui annonça alors : “Celui que tu as vu, qui a la garde des secret célestes (l’Ange Gabriel), et également celui qui fut envoyé à Moïse par Dieu. J’aurais aimé être plus jeune pour pouvoir vivre jusqu’au jour où l’on te chassera toi et ta famille de la Mecque.” Ne comprenant pas le sens de la phrase de son interlocuteur, Muhammad (PBSL) manifesta un profond étonnement et Waraqa poursuivit : “Tous les gens avant toi qui ont vu l’Ange Gabriel ont toujours subi l’hostilité de leur peuple, mais ne t’inquiète pas, tant que je resterais en vie, je ferais en sorte de te protéger du mieux que je le pourrais.” (Episode rapporté par Al Boulhâri)

Mais Waraqa mourut peut de temps après, et de même, Gabriel ne réapparut pas pendant un certain temps (plusieurs mois). Le prophète de Dieu (PBSL), en fut peiné, et erra dans les montagnes, jusqu’au jour où Gabriel revint pour le rassurer : “Muhammad ! Tu es sans aucun doute l’Envoyé de Dieu”.

Il est à signaler que beaucoup de gens de l’époque accusèrent le prophète de Dieu (PBSL) d’avoir écrit lui même le Coran, qu’il était un “fossoyeur du récit biblique”, qu’il a puisé son savoir auprès d’hommes comme Waraqa ibn Nawfal. A cela, Dieu répond dans le Coran par le verset suivant :103. Et Nous savons parfaitement qu’ils disent : “Ce n’est qu’un être humain qui lui enseigne (le Coran)”. Or, la langue de celui auquel ils font allusion est étrangère [non arabe], et celle-ci est une langue arabe bien claire éloquente.

Sourate 16 : AN-NAHL (LES ABEILLES)

La Mission

Muhammad (PBSL) devint, par la grâce de Dieu, le Prophète (A-Nabi), l’Envoyé (A-Rassoul), l’Annonciateur (Al-Moubachi’r). Il se trouva chargé de la propagation d’une nouvelle religion monothéiste, l’Islam « Soumission à la volonté de Dieu ». Ainsi le prophète parcouru les ruelles et les souks de la Mecque, interpella et appela les gens à la nouvelle religion de Dieu et l’Islam commença ainsi à se répandre rapidement autour de lui.

Il est important de signaler que la nature prophétique de Muhammad (PBSL) et de son message est attestée par le fait qu’il ne savait ni lire ni écrire « Oummi » et qu’il n’a jamais manqué de faire la distinction entre les révélations « Wah’i » qu’il transmettait à ses disciples et ses propres pensées d’homme. De plus, à chaque fois qu’un verset du Coran été révélé, il le répétait, et ne se rétractait jamais. Il appelait par la suite un de ses scribes pour fixer la parole sacrée sur un support (3).

Pendant près de 10 ans, Muhammad prêcha à la Mecque, parmi sa tribu, Quraych, autour d’un seul précepte qu’il a répété souvent sous la forme de cette phrase :

“Dites qu’il n y a de Dieu que Dieu et que je suis son messager et vous entrerez au Paradis.”

“Quiconque témoignera qu’il n’y a pas de divinité sinon Dieu, l’unique sans associé, que Muhammad est son adorateur et son envoyé; que Jésus est l’adorateur de Dieu, son envoyé, son Verbe jeté dans le sein de Marie et une émanation (esprit) de Dieu; que le paradis est une vérité et l’enfer une vérité, Dieu le fera entrer dans le paradis, quelles qu’aient été ses oeuvres.” (Hadith rapporté par Obâda)

Durant 23 ans le prophète aura pour seule mission de répandre l’Islam et ses préceptes, qui lui seraient dictés par révélation. 

(1) Se référer à notre article sur la mère des croyants Khadija >>

(2) La tradition rapporte qu’il était capable de transcrire la Bible du syriaque à l’arabe. (3) En l’absence de papier, les premiers musulmans fixèrent les versets Corniques sur des supports de fortune (tablettes, peau de chameau …).