“Korandjé”, un album de chansons dédié à la préservation du parler de la région de Tabelbala

“Korandjé” (le parler de Tabelbala), est l’intitulé d’un premier CD de six chansons, produit par le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) et dédié à la préservation de cette langue menacée de disparition, constituée principalement de Songhai, langue nilo-saharienne parlée dans plusieurs pays du Sahel, et enrichie de Tamazight et d’Arabe.

Conçus et interprétés par Mostefa Mekhloufi sur des textes de sa plume, les six titres de cet album qui contribue à la “réhabilitation de l’Amazighité et de sa promotion linguistique et artistique”, invitent les mélomanes à une belle randonnée onirique aux contenus autochtones et aux formes modernes ouvertes sur le monde.

Faisant renaître dans l’imaginaire du récepteur, le silence et la sagesse des grandes étendues, les pièces de ce nouveau venu dans la grande phonothèque anthropologique du patrimoine algérien, sont montées, en une trentaine de minutes, sur des cadences ternaires lentes, source de méditation rendue par une variété de percussions, et des sonorités denses du Oud (luth) et du goumbri.

Evoquant des thématiques en lien avec, l’appel profond de la patrie, l’espoir, la langue maternelle, la relation au père, la paix et la tolérance ainsi que la pluie, comme signe porteur de bienfaits symbolisant la vie, les textes de Mostefa Mekhloufi, interpellent l’individu dans les profondeurs de son être, à travers des variations mélodiques au mode essentiellement pentatonique, habillées par des arrangements esthétiques.

Relayé par les chœurs de Abdessalem Abdou et Ali Soudani, sur les cadences de Slimane Bourougaâ et Boualem Ouseghir, Mostefa Mekhloufi, à la voix sereine et accrocheuse, a notamment rendu dans un ton apaisé, les pièces, “Aâba âemyar” (envie d’un retour), “Tamissi” (comment serait-ce possible), “Kwarandi” (variante linguistique locale de Tabelbala), “Aânebba” (papa), Maghnissi (Paix sur toi) et “Baghni” (Pluie).

Le Korandjé est “concentré dans les villages de Kwara (Zaouïa), Ifrnyu (Cheraïa) et Yami (Mahkhlouf), autour de l’oasis de Tabelbala dans la wilaya de Béni Abbés, au Sud-Ouest de l’Algérie”.

La sortie de cet album est la “première phase” d’un “processus de sauvegarde” entrepris par le HCA qui répond à l’urgence absolue exprimée en février 2021 par les citoyens de la région de Tabelballa “soucieux de la préservation et du devenir” du “Korandji” qui figure sur la liste des langues menacées de disparition, comme le signale officiellement l’Unesco dans ses rapports.

Soutenu par l’APS, la Radio algérienne, la Commission nationale algérienne pour la Science et l’Education, ainsi que par l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture ( Unesco), “Korandjé” est un album qui n'”est pas destiné à la vente”, ayant pour seule vocation de mettre cette variante linguistique et ce parler unique en Algérie, à la disposition des “relais institutionnels de recherche et d’éducation”, qui contribueront à sa “description puis sa préservation”.