Des chercheurs viennent de créer le premier œil bionique

Rendre la vue aux aveugles, voilà une mission qui a toujours posé de grands problèmes aux scientifiques. Si aujourd’hui des opérations peuvent permettre de résoudre une partie du problème, nombreuses sont encore les personnes qui souffrent de cécité. Une solution pourrait pourtant être paru il y a quelques semaines, dans la très sérieuse revue Nature

Des chercheurs de l’université des sciences et technologies de Hong Kong viennent en effet de mettre au point un œil bionique, qui ressemble à s’y méprendre à un œil humain. Une première mondiale, qui si elle vient à se confirmer, pourrait être une véritable révolution médicale.

Aujourd’hui dans le monde, 253 millions de personnes souffrent d’une déficience visuelle, et 36 millions d’entre elles sont considérés comme aveugles. Une étude publiée le 20 mai dernier vient donc donner un nouvel espoir pour toutes ces personnes. Afin de construire leur œil bionique, les chercheurs hongkongais ont voulu reproduire un œil humain. Leur prototype, baptisé EC-EYE, pour ElectroChemical EYE, est ainsi très proche d’un œil « normal ».

Le grand défi pour les scientifiques était de réussir à reproduire une rétine artificielle. Cette dernière est composée de nanocapteurs, semblables aux cellules photoréceptrices qui tapissent le fond de l’œil humain. Ensuite, à l’image d’un nerf optique, les informations capturées passent par des mini-câbles avant d’être analysées par un système informatique.

Un œil plus performant que l’œil humain ?

Les auteurs de l’étude sont des plus enthousiastes. Eux qui étaient déjà à l’origine, en 2011, d’un implant pouvant permettre de percevoir quelques informations lumineuses, viennent de faire un grand pas vers « la démocratisation de l’œil bionique » qui pourrait avoir lieu dans les dix prochaines années. Des propos repris par l’éditeur de l’étude, le très sérieux magazine Nature qui n’est pas connu pour ses prises de positon endiablées. Il faut dire que le projet venu de Hong Kong est très séduisant. Ce dernier ne présente quasiment aucun risque de rejet par l’organisme, vu que l’œil a été recréé dans son entièreté.

Au niveau des performances, s’il ne tient pas encore la comparaison sur tous les points avec un œil humain, il offre malgré tout de belles surprises. Toujours selon Zhiyong Fan, un des auteurs de l’étude, le prototype serait capable de mieux capter les images en très basse lumière que l’œil humain. Le chercheur explique ainsi que l’œil humain, avec ses 10 millions de cellules ne fait pas le poids face aux 460 000 nanocapteurs par centimètre carré de l’œil bionique, bien plus fin pour capter la lumière que nous ne le sommes. Pour Zhiyong Fan : « À l’avenir, on pourra utiliser ce dispositif pour améliorer l’efficacité des prothèses oculaires ou pour la robotique humanoïde ». 

Un produit qui reste imparfait

S’il est présenté comme la solution miracle, cet œil bionique a aussi ses défauts. En effet, s’il est capable de capter de la lumière bien plus finement que l’œil humain, il a malgré tout une résolution bien en deçà de nos capacités. Toujours selon l’étude le prototype est limité à une centaine de pixels, assez pour distinguer des lettres et des formes, mais bien trop peu pour se comparer à une vision « classique ».

Autre écueil de ce bijou de technologie, son champ de vision. Si pour un humain il est de 160 à 170 degrés selon les personnes, celui du prototype hongkongais ne serait que de 100 degrés. Des limites bien présentes qui montrent le chemin qu’il reste à parcourir pour les chercheurs d’Hong-Kong et du monde entier. Cette étude et ce prototype restent malgré tout un espoir immense pour les 1,7 million de personnes aveugles en France.

Proposé par Rédaction VO – Source : Presse-citron Par Tristan Carballeda