Amélioration des structures et des prestations culturels: de nouvelles mesures présentées au gouvernement

 Des mesures visant l’amélioration de la qualité et de l’efficacité des structures et des prestations culturel ont été présentées mercredi au gouvernement par la ministre de la Culture et des Arts, sous forme de deux projets de décrets relatifs  aux modalités d’exercice de l’activité de promoteur de spectacles culturels et artistiques et au statut type des théâtres.

La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda a présenté un projet de décret relatif aux modalités d’exercice de l’activité de promoteur des spectacles culturels et artistiques qui donne la priorité aux détenteurs de diplômes universitaires dans les spécialités culturelles et artistiques pour l’obtention des autorisations d’exercice de l’activité de promoteur culturel et artistique, explique un document du ministère.

Ce projet de décret abrogeant les dispositions prévues par le Décret exécutif n 06-218 du 18 juin 2006, prévoit également la réduction des documents exigés et du temps de réponse, la possibilité de demande et de renouvellement par Internet, l’augmentation de la durée de validité de l’autorisation de 3 à 5 ans et la délivrance de l’autorisation aux promoteurs étrangers pour une durée de 2 ans pour toute première demande, puis de 5 ans en cas de renouvellement.

La ministre de la Culture et des Arts a également présenté un projet de décret relatif au statut type des théâtres qui vise à dynamiser l’activité et la production théâtrale au niveau local en favorisant la création d’un climat de compétition saine entre les professionnels du secteur.



Ce texte prévoit le remplacement du statut de “théâtre régional” par celui de “théâtre public” et de “théâtre privé”, il fixe les modalités de création, d’organisation et de gestion des théâtres publics.

Ce projet de décret prévoit également l’instauration de “contrats de performance” entre les services du ministère de la Culture et des Arts et les directions des théâtres publics et ouvre la possibilité de gestion des théâtres publics au privé (personnes physiques) à travers des conventions avec le ministère. Il instaure, par ailleurs, des commissions artistiques chargées d’assister les directeurs des théâtres